Régie ensemblière

Pour mettre en œuvre des politiques sur le long terme, c’est-à-dire des politiques dont l’espérance de vie dépasse la durée d’un mandat politique – chaque nouveau ministre s’escrimant à défaire le travail de son ou sa prédécesseur/e – il faut mettre en place des institutions, des administrations publiques capables d’inscrire des politiques dans la durée, comme ce fut le cas de l’ONSS à la naissance de la sécurité sociale en 1944.

La transition vers une économie bas carbone, basée sur les énergies renouvelables, les circuits courts, la relocalisation, etc. nécessite des investissements planifiés à long terme, soit l’inverse de ce que recherche les investisseurs privés pour qui tout investissement doit être le plus hautement rentable dans les délais les plus brefs, et souvent quel qu’en soit les conséquences sociales ou environnementales.

Les mécanismes de transition nécessitent donc une action durable des pouvoirs publics.

C’est pour cela que le Mouvement Demain plaide pour la création d’une nouvelle forme d’administration publique, les régies ensemblières.

Ces régies entrent dans le cadre de notre projet global de « planification écologique » et de « réindustrialisation et relocalisation de l’emploi ».

Une régie ensemblière a pour fonction, de façon transversale aux différents ministères qui souvent travaillent indépendamment les uns des autres, de mettre autour de la table l’ensemble des acteurs publics, privés, associatifs, etc. concernés par un projet de développement tourné vers la transition.

Nous proposons dans un premier temps d’appliquer ce principe de régies ensemblières à deux thèmes : le logement et l’énergie.

id lectus risus elementum at luctus sit tristique