En sa séance du 5 septembre 2019, le Conseil communal de Grâce-Hollogne a donné son feu vert à la démolition de la rue Saint-Exupéry, étape importante afin de faire place aux premiers méga entrepôts de la multinationale chinoise Alibaba.  Cette décision a été soutenue par les élus PS (manifestement plus unis sur cet enjeu) et ECOLO, ceux du PTB s’abstenant. Nous le regrettons amèrement.

Alibaba est un mauvais projet, socialement et écologiquement.

De l’aveu même du ministre Peeters, Alibaba apportera à peine 300 emplois dont, on peut le craindre, un nombre important pour des travailleurs chinois. Par ailleurs, ce seront des emplois majoritairement fragiles vu l’automatisation croissante des taches de manutention.  A titre d’exemple, Amazon a annoncé une automatisation totale de ses centres de tri d’ici 15 ans.

Si l’on compte les diverses aides, et les infrastructures qui vont être construites pour cette venue (dont une nouvelle route sur des terres agricoles et 11 parkings avion), ce sont environ 500.000 euros de deniers publics qui vont être engloutis pour chacun de ses emplois.  C’est très cher payé pour des emplois précaires !

Au total, ce sont par ailleurs 50 hectares environ qui vont être bétonnés, soit à peine 6 emplois créés par hectare artificialisé. C’est plus de 10 fois moins que TNT, plus de 30 fois moins que le Mont-Légia. Dans certaines Régions, un si faible taux d’emploi à l’hectare est simplement interdit.

Plus globalement, les pouvoirs publics sont occupés à miser l’avenir économique de notre agglomération sur la logistique.  Ayant investi déjà 1 milliard d’euro dans cette infrastructure, les autorités régionales sont mal à l’aise et s’enferment dans ce choix d’un autre temps.  C’est un pari qui nous prépare des matins qui déchantent, une catastrophe comparable à la fin de l’industrie minière. Concrètement, elles souhaitent faire demain de Liège Airport un des 3 premiers aéroports de fret européen, ce qui à minima signifie tripler encore sa taille.

Si ceci se réalise, toute l’agglomération vivra un véritable enfer. Le premier problème sera l’explosion du nombre d’avions atterrissant jour et nuit.  A proximité du principal aéroport de fret parisien, une étude relayée par le journal Le Monde a calculé une baisse de 40 mois de la vie en bonne santé.  Le deuxième problème sera l’explosion du trafic routier. La seule venue d’Alibaba fera passer de 500 à 2000 le nombre de camions empruntant quotidiennement le réseau autoroutier de l’agglomération liégeoise, bloquant des axes déjà saturés et sans doute imposant à terme de nouvelles autoroutes.

L’argument qui consiste à dire que si nous nous opposons à ce projet il ira ailleurs est un argument défaitiste et de court-terme.  Défaitiste parce qu’il signifie que ce sont désormais des multinationales qui dictent à une Région supposée de gauche la nature de son activité économique.  De court-terme parce que nous pensons que dans 20 ou 30 ans, ces acteurs auront disparu au profit d’une relocalisation de l’activité économique, et que les dégâts seront incommensurables sur notre environnement (plus de 300 hectares sont menacés au total !) et notre économie locale.

Pour le Mouvement Demain, l’heure est à la résistance face à cette venue, et plus globalement face à l’extension de cet aéroport.

Dans une démocratie réelle, un tel projet ferait l’objet d’une réelle étude d’incidence, et surtout d’une consultation populaire précédée d’un débat démocratique sérieux. Ce n’est pas le cas.

Ensemble, il convient dès lors de faire pression sur les élus locaux et régionaux afin de faire reculer ce projet !

(Communiqué Régional du 8 septembre 2019)

vel, eleifend ante. Phasellus commodo ut efficitur. amet, Donec risus. ut pulvinar