Voici la traduction en français d’un texte de Filip De Bodt pour Climaxi concernant la situation sur l’île de Lesbos.

Il y a cinq ans, Eco & Fair a choisi de développer une action en Grèce . Nous avons plaidé contre l’intervention monétaire européenne dans le pays, mais nous avons vu peu de personnes contribuer concrètement à soutenir l’opposition à la situation réelle sur le terrain. Nous l’avons finalement fait via les coopératives Greenland (Région d’Athènes) et Modousa (Lesbos) en soutenant l’importation d’olives et d’huile d’olive. En outre, dix pour cent du prix de vente de ces produits que nous importons sont destinés à des initiatives avec des réfugiés, comme le camp PIKPA à Mytilini (sur l’île de Lesbos). Le camp PIKPA accueille quelques centaines de réfugiés. Des bénévoles et des résidents organisent le camp. Pour générer des revenus, ils fabriquent des bijoux, des sacs à main, des sacs à dos et des sacs d’ordinateur à partir de gilets de sauvetage qui restent sur les plages. Nous avons ainsi choisi de soutenir l’économie locale et les réfugiés. Nous avons mis en place une initiative pour soutenir le monde local car nous avons entendu dire que les représentants des grandes institutions internationales / ONG ne se rendaient pas toujours populaires auprès de la population en raison du luxe qu’ils affichent parfois. Leur présence entraîne également une hausse des prix de location, de voiture et de restaurant.

Climaxi suit de près la Grèce. Il y a une semaine, nous avons appris le jeu de pouvoir entre l’Europe (et ses États membres) et la Turquie d’Erdogan, avec le nord de la Grèce et les îles, au milieu d’une offensive turque en Syrie, utilisé comme une prison pour les réfugiés qui ont récemment échoué. Nous comprenons nos partenaires locaux et la population alors qu’ils prennent des mesures contre la police anti-émeute envoyée par le gouvernement Mitsotakis pour protéger la construction de nouveaux camps. La Grèce et l’Europe doivent ouvrir les portes pour résoudre cette crise humanitaire.  Nous avons discuté de ces circonstances en détail dans un article précédent. Dans le même temps, les partenaires nous ont fait savoir qu’ils pensaient que le gouvernement grec jouait un sale rôle.

Néonazis en ville. 

La police anti-émeute de Chios et Lesbos a dû endurer un fort tollé et a dû quitter l’île. Personne n’a été surpris: les insulaires, comme ceux de Lesbos, sont un peu plus éloignés du pouvoir central et ne sont généralement pas si contrariés par les règles du continent. Un vide de pouvoir a été créé dans lequel de petits gangs locaux bien organisés d’organisations anti-réfugiés, avec des vedettes rapides, ont commencé à attaquer les réfugiés. Avant-hier, les premiers membres de Golden Dawn (Aube dorée, une formation ouvertement néo-nazie) ont été repérés, entre autres avec les soi-disant gardes civils à la frontière nord avec la Turquie . Des néo-nazis Allemands et Autrichiens sont également arrivés hier. Une partie de ceux-ci a été “accueilli” par les habitants au petit déjeuner avec quelques coups lourds. Panagiotis Karabytsakis (Modousa): «Nous n’avons pas besoin de ces personnes. Nous avons déjà suffisamment de problèmes. Personne ici n’a demandé ce genre de personnes. ”   

Bien sûr, l’internationale d’extrême droite ne souhaite pas non plus rester à l’écart. Le Vlaams Belang (qui entretient de bonnes relations avec Aube Dorée via Filip De Winter) a déjà lancé une campagne de « Solidarité avec les Grecs ». Le parti Nation côté francophone (connue pour son infiltration parmi les Hesjes jaunes) fait de même à Bruxelles et en Wallonie .

Selon le représentant de Syriza à Bruxelles, Giorgios Karatsioubanis, le gouvernement encourage la polarisation: Le gouvernement et ses médias amis voient leurs chances de pousser l’opinion publique vers la droite. Ils utilisent les anciennes contradictions entre les Grecs et les Turcs, espérant que la montée des sentiments nationalistes ne leur nuira pas. En gardant même les réfugiés reconnus sur les îles, ils augmentent la tension”. De cette façon, la misère dans les camps et celle de la population locale sont poussées à leur paroxysme. Pendant ce temps, des dizaines de milliers de Grecs manifestent sur le continent pour demander l’ouverture des frontières et aider les réfugiés. L’Union européenne est muette sur le conflit en Syrie mais accorde à la Grèce 700 millions d’euros et éventuellement des gardes-frontières supplémentaires pour repousser les gens.

Les néo-nazis locaux menacent nos partenaires avec l’aide de leurs amis étrangers. Ils ont exprimé des menaces publiques contre eux et le camp lui-même, et ont appelé à une action violente via la presse. L’un d’eux, un conseiller municipal d’extrême droite à Mytilini, a même fourni son numéro de téléphone comme personne de contact pour ces campagnes. Ils ont également diffusé un faux message selon lequel le camp était soutenu par l’État turc. Les auteurs ont été condamnés à trois mois de probation par le tribunal. Trop peu, mais toujours un signal. Climaxi essaie en ce moment d’organiser un nouveau chargement de sacs de PIKPA vers Belgique et invite chacun à soutenir ces petits partenaires locaux à travers notre action coopérative via www.ecofair.be

Filip De Bodt

elit. et, leo justo risus commodo mattis Curabitur Donec