Le Mouvement Demain condamne l’action des États-Unis d’Amérique en Irak qui a tué le général Qassem Soleimani, haut dirigeant iranien responsable de l’influence de son pays dans la région, ainsi que plusieurs personnes de son entourage. Les forces spéciales iraniennes, commandées par Qassem Soleimani, étaient engagées dans la lutte contre Daesh et -dans cette situation confuse- étaient de ce fait nos alliés militaires objectifs.

Donald Trump a tenu sa promesse d’appliquer à la politique extérieure des USA son slogan America First (y compris avant ses alliés historiques) et de faire souffrir l’Iran comme d’autres pays qu’il considère comme diaboliques.

Une promesse moins tenue est le désengagement des troupes au sol. Si celles-ci ont effectivement évacué certains théâtres d’opération (comme en Syrie), la montée des tensions, provoquée par l’administration Trump elle-même, nécessite le déploiement des soldats US ailleurs, notamment au Koweït.

 

Avant cette attaque, la région était déjà très tendue; la mort du général Soleimani pourrait bien être l’étincelle de trop. De ce fait, le Mouvement Demain est inquiet pour les populations civiles de toute la région, notamment celles d’Irak, comme les minorités sunnite, chrétienne et kurde, mais aussi la population civile d’Israël qui pourrait être la première touchée par l’Iran et ses alliés, comme le Hezbollah libanais. Alors qu’en Israël l’ultra-nationalisme d’extrême-droite semble en perte de vitesse, il est inopportun de lui redonner du carburant et l’occasion de se refaire une santé.

Depuis l’intervention militaire US en 2003 en Irak, il faut sans cesse rappeler que les États-Unis ont menti sur la présence d’armes de destruction massive et que nous ne pouvons donc plus les croire. Ensuite, la destruction de l’État irakien a entraîné la montée en puissance du djihadisme et la création de Daech et ce sont les pays européens qui en ont payé les plus lourdes conséquences (en termes d’attentats terroristes sur leur sol). La destruction de l’État irakien par les Américains a permis à l’Iran d’y obtenir une influence déterminante, à laquelle Trump veut mettre un frein aujourd’hui; il n’hésite pas pour cela à embraser la région au risque que, une fois encore, ce soient ses alliés européens qui en payent le prix.

Le Ministre belge de la Défense et des Affaires étrangères, Philippe Goffin (MR), plaide pour la retenue. Il s’exprime en disant que l’ordre international doit être respecté et les missions diplomatiques protégées. La solution de la crise en Irak est politique[1]. Le Mouvement Demain est d’accord avec cette position mais se demande si le Ministre va aller au bout de sa position. Il faut tirer les conséquences de l’impuissance de notre pays dans le cadre de l’OTAN.

Le Mouvement Demain plaide depuis ses débuts pour que la Belgique sorte de l’OTAN. Il nous faut récupérer notre souveraineté nationale dans un domaine aussi important pour l’Etat que sont ceux de la Défense, de la sécurité, du maintien de la paix dans le monde et de la lutte contre le terrorisme.

Le Mouvement Demain souhaite que toute action internationale se fasse dans le cadre de l’ONU. Il est temps pour la Belgique de se construire une diplomatie indépendante, capable de parler à tout le monde, surtout au Proche et Moyen-Orient, où notre suivisme des USA, nous a complètement décrédibilisés. Pour résoudre la crise urgente actuelle, cette diplomatie belge nouvellement indépendante, doit parler aussi bien à Téhéran qu’à Tel-Aviv.

Force est de constater que nos alliés que sont les USA (et leurs vassaux comme l’Arabie Saoudite, le Pakistan et l’extrême-droite israélienne) ainsi que la Turquie, ne se comportent pas comme des alliés.

Force est de constater que les USA sont la première menace au maintien de la paix dans le monde.

Force est de constater que l’unilatéralisme belliqueux des USA radicalise les durs parmi les dirigeants iraniens. L’intégrisme de la théocratie islamique peut remercier Trump et monter la population contre les minorités et les pays pointés du doigt comme les ennemis du peuple iranien.

Une nouvelle diplomatie indépendante belge doit mettre tous les atouts et forces de son côté, notamment en proposant de coopérer diplomatiquement et militairement avec ses voisins européens directs. Au niveau mondial, pour résoudre la crise, il est également nécessaire de parler avec la Russie et la ChineNotre pays doit se proposer d’aider à la reconstruction de l’Irak quand il aura retrouvé sa pleine souveraineté. Il faut donc arrêter les ingérences US et iranienne en Irak, comme l’ingérence turque en Syrie, en Libye, à Chypre et contre la Grèce. Il faut négocier en se donnant les moyens de peser sur la scène internationale. Les besoins à long terme de la région sont la paix, le calme, la laïcité, des relations de coopération et le développement des infrastructures nécessaires à son bon fonctionnement.

 


 

[1] La position de Philippe Goffin est, dans ce sens, un progrès. Et la déclaration sur les réseaux sociaux, de Jean-Jacques Flahaux, responsable des relations internationales du MR, exprimée en octobre 2019, qui est une remise en question de ce cadre contraignant, en est un autre. Ici ses propos sur l’OTAN montrent une remise en question de ce cadre.

Ici, la position de Goffin : https://twitter.com/PhGoffin/status/1213092014876712960

Ici, la déclaration de Flahaux : https://www.facebook.com/jjflahaux1/posts/2507294532885499

ut facilisis felis consectetur sit felis