Une chronique “Au Quotidien” de Marie-Claire Hames

La consommation de produits, aliments, mets ultra transformés exerce une influence négative sur notre santé et notre bien être. (Lire les livres du Dr Anthony Fardet , consulter sa page Facebook). Les aliments ultra transformés sont délétères pour notre santé. Leur consommation est en augmentation constante. La raison invoquée est très souvent le manque de temps, la facilité, la non connaissance de la cuisine. Tout cela est vrai, mais si nous travaillions moins, nous pourrions cuisiner et jardiner davantage. Reprendre en mains les activités domestiques serait un gage de qualité et d’équilibre, gage d’une meilleure santé et souvent un gain d’argent.

Cuisiner nous permet de choisir les ingrédients et leur origine (bio ou pas), les proportions, les modes de cuisson, le mode de production, et, entre autres, la rémunération des producteurs.

Jardiner, produire fruits, légumes et pommes de terre sont une forme d’autonomie alimentaire, d’économie et de garantie de qualité des produits consommés.
Jardins individuels, communautaires ou partagés, plusieurs options existent.
Sur un terrain douteux il est préférable de pratiquer une analyse des sols afin de ne pas cultiver sur un  terrain pollué.
Une autre alternative est la culture en bacs  avec une terre saine ou sur de petits espaces sans terre.
Choisissons des graines et plants locaux, de variétés anciennes et originelles, sauvons notre patrimoine.
Une serre permet d’avoir des légumes différents et d’étaler les récoltes.
Un jardin de 200m2 permet une économie de 2000,00 € par an.
Plantons des haies de petits fruits : myrtilles, framboises, groseilles en tous genres, sureau.
Si cela est possible planter des fruitiers, vignes  afin d’augmenter encore votre autonomie et de ne plus alimenter l’agrobusiness. Cette prise de pouvoir est à notre portée.

Conserver les surplus en conserves diverses : congélation, déshydratation, confitures, compote, lacto fermentation .

Consulter régulièrement la page facebook Ecosocialisme au quotidien, de nombreuses recettes et trucs y sont régulièrement postés.
Quelques pistes : utiliser des livres de cuisine (brocante, boîtes à livres, recettes de famille à collecter, cours divers et variés..)

TRAVAILLER moins pour CUISINER PLUS et certainement vivre mieux.

risus quis, neque. velit, ut ultricies Aliquam id in commodo accumsan