Communiqué fédéral du 29 avril 2019

Les espagnols se sont rendus massivement (75,75 % du corps électoral) aux urnes ce dimanche, pour la deuxième participation la plus importante de l’histoire de la démocratie espagnole. Les élections législatives qui se sont tenues hier en Espagne ont rendu un verdict clair. Les citoyen(ne)s espagnols ne veulent pas d’un retour aux mesures austéritaires du gouvernement de Mariano Rajoy. Ils rejettent aussi la corruption qui caractérise le PPE, la possibilité d’une majorité de droite (Ciudadanos, le PP) ouverte au parti d’extrême-droite Vox, les politiques anti-migrants, et préfèrent le dialogue pour traiter les questions de régionalisation.

Les politiques qui ont été menées par le gouvernement de Pedro Sánchez comprenaient notamment des mesures en faveur des droits des femmes, de l’amélioration des conditions des travailleurs, de la transition écologique et d’investissement dans les services publics négociées avec nos alliés d’Unidas Podemos.

Ces résultats électoraux contrastent avec ceux, catastrophiques, obtenus par le PSOE après l’adoption de programmes d’austérité et l’inscription de la règle d’or budgétaire dans la Constitution par le gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero durant la législature 2008-2011. Ceci démontre que quand la social-démocratie adopte des mesures en faveur de la redistribution économique, l’investissement dans les services publics et la protection des couches de populations les plus vulnérables, elle renoue avec les succès électoraux en mobilisant massivement autour de ce programme.

Nous appelons de nos vœux à ce qu’une alliance entre le PSOE, Unidas Podemos et les forces régionalistes progressistes permette de continuer dans la voie de la justice économique et de l’écologie pour tourner définitivement le dos aux politiques de récession qui ont affecté le pays, répondre au défi de la transition écologique, agir en faveur de la majorité sociale et résoudre la crise territoriale.

Nous saluons le score de nos alliés regroupés au sein d’Unidas Podemos qui ont obtenu 14,31 % des suffrages exprimés avec 3 732 929 voix en faveur de leurs candidats ce qui permet de les rendre incontournables pour la formation d’un gouvernement progressiste en Espagne.

 

Praesent vel, tempus dolor. Praesent dictum felis id, suscipit ut ut neque.