Une opinion de Patrick Dessart. Et un regard croisé avec le texte “Remplacer nos F-16, par quoi et pourquoi ?” de Thierry Bingen.

Question épineuse que celle de la défense, à côté de laquelle nous aimerions tous passer…

En tant qu’écosocialistes, nous sommes pacifistes parce que la guerre est un désastre pour la société, l’environnement et la démocratie. La guerre est la pire des choses et il faut l’éviter à tout prix.

Malheureusement nous ne pouvons pas empêcher l’existence de cinglés capables d’envahir un pays (le nôtre par exemple) pour lui apprendre ce que c’est que la démocratie, et il faut en conséquence disposer de moyens de défense appropriés et performants.

Tout est dans l’arsenal. Choisit-on de se défendre ou d’attaquer, les moyens seront différents. Du côté de l’attaque, la maîtrise du ciel et les chars d’assaut sont indispensables, comme l’a démontré la guerre du Golfe. Porte-avions, sous-marins, bombardiers, satellites, chars, et, au dernier moment, des fantassins faisant office de balayeurs de rue.

La vraie défense c’est donc être en mesure de détruire une colonne de chars, un avion, un porte-avion un sous-marin, un satellite, et donc disposer de toutes les armes nécessaires à la destruction de ces moyens d’attaque : une DCA équipée de missiles à tête chercheuse multi-guidés (vision, radar, son, autres techniques ?), envoyés par dizaine sur une seule cible et capables de revenir à leur base la mission accomplie (sauf celui qui aura explosé sur la cible), des missiles anti-satellites, des missiles anti-navire[1], des armes anti-char, des mini sous-marins ultra-rapides capables de détruire les gros, des mines activables à distance,…

Une défense réellement démocratique consiste aussi à privilégier une armée de miliciens (hommes et femmes) en mesure de mener des guérillas urbaines plutôt qu’une armée de métier. Or être pilote de chasse c’est un métier… Il faut aussi réfléchir à ça.

La défense pacifique nécessite de toute façon un armement, et il est naïf, dangereux même, comme le font de nombreuses personnes au demeurant très sympathiques, de s’offusquer de la fabrication d’armes sur notre territoire. Il est fréquent d’entendre le souhait de voir fermer la FN parce qu’il n’y a rien de plus horrible que de vendre des armes. C’est du pacifisme bon marché.

Dans l’état actuel des choses on ne peut se passer d’armes, et il vaut mieux les fabriquer soi-même que de les acheter à des fabricants capables de produire les moyens de parade et de les vendre à l’adversaire : je vends des missiles, des missiles anti-missiles, des anti-anti-missiles, des anti-anti-anti-missiles … Et il y a encore des imbéciles pour m’acheter des missiles[2].

Dans ce sens, l’idée de se fournir auprès de la France plutôt que des Américains ou des Britanniques est à retenir. Je dirais même qu’acheter des avions est tout à fait défendable, à condition qu’ils soient conçus pour n’embarquer que les moyens de défense décrits plus haut et incapables de bombarder un autre pays (avec dégâts collatéraux) ou soutenir une guerre à l’étranger.

Une véritable convention pacifiste internationale aurait pour premier principe la non belligérance de chaque pays à l’extérieur de ses frontières. Ce serait très simple et très efficace.

Un pays isolé peut initier une telle démarche en investissant dans des moyens militaires véritablement défensifs, c’est à dire servant à détruire les moyens offensifs de l’attaquant.

Je pense que c’est dans ce sens que doivent aller nos propositions.

 

 

 

 

[1]On se souvient de la guerre des Malouines en 1982. Un seul missile Exocet a suffi à détruire le Destroyer lance-missiles HMS Sheffield.

[2]Franquin, idées noires

ut ipsum felis venenatis, porta. neque. eget consequat.