Nous vivons un moment grave et dangereux au Venezuela avec l’auto-proclamation comme président du pays du principal responsable de l’opposition de droite, et la précipitation de plusieurs gouvernements étrangers (notamment les Etats-Unis de Trump et le Brésil de Bolsonaro) à soutenir cet acte qui n’a pourtant aucune légitimité démocratique. C’est aussi un moment très important pour les peuples du continent latino-américain et celles et ceux qui estiment que le monde ne se limite pas aux pays “occidentaux”.

L’ensemble des partis, personnalités et organisations sociales attachés un minimum à la souveraineté des peuples et aux processus démocratiques, doivent condamner très fermement cette agression de l’opposition qui a renoncé à la démocratie, ainsi que les pays qui les soutiennent.

Le sujet, là maintenant, tout de suite, n’est pas de savoir si Nicolas Maduro est un président parfait ou réellement socialiste – nous avons des critiques réelles à l’encontre de sa politique. Le sujet est de savoir si nous acceptons un monde dans lequel le président Trump et ses alliés (internes comme externes) décident à la place des peuples ce qui est bon pour eux.

Dans ce contexte, le rôle de la diplomatie européenne et belge devrait être le suivant :

  • Ne pas reconnaître Juan Guaido comme président du Venezuela pour ne pas attiser les tensions en vue d’amorcer une solution politique à la crise au Venezuela
  • S’associer au processus du dialogue entre l’opposition et le gouvernement de Nicolas Maduro qui prenait place en République dominicaine.
  • Rappeler inlassablement au gouvernement des États-Unis que les principes de non-ingérence et de respect du droit international doivent guider l’action des pays démocratiques.

Lors des révolutions et des conflits internationaux, la gauche se doit d’être courageuse et lucide face aux pressions médiatiques. Sans renoncer à un point de vue qui peut-être critique, elle doit faire le choix du droit à l’auto-détermination et de la non-ingérence, le choix du respect de la démocratie qui est le socle de toute émancipation.

Le Comité Fédéral du Mouvement Demain

luctus felis Nullam ipsum consectetur porta. neque.