Voici la traduction en FR d’un texte de FIlip de Bodt pour Climaxi concernant la situation sur l’île de Lesbos.
Pour rappel, A Contre Courant et le Mouvement Demain soutiennent une action de solidarité concrète avec la coopérative Modousa et le camp de réfugiés de Pikpa sur l’ile de Lesbos via l’action Eco&Fair.
L’enfer a éclaté sur les îles grecques. Des affrontements particulièrement violents ont lieu entre des militants contre les camps de réfugiés et la police anti-émeute. Le gouvernement conservateur d’ Athènes a retiré les troupes ce matin. Climaxi a soutenu l’économie locale et le camp de réfugiés PIKPA à Lesbos via une vente à court terme d’huile d’olive et d’olives . Ce n’est pas seulement un débat sur les réfugiés. Il illustre la faillite totale de la politique européenne d’asile et de migration.

Climaxi entretient des liens avec l’île de Lesbos depuis cinq ans. Nous soutenons la coopérative Modousa et le camp de réfugiés PIKPA à Mytilene par la vente directe . À PIKPA, les réfugiés fabriquent des sacs à dos et d’autres poches à partir des gilets de sauvetage qui sont souvent laissés sur les plages. C’est un petit projet avec deux cents personnes. Au cours des premières années de notre campagne, Lesbos était un exemple de société qui résolvait elle-même les problèmes de migration: les gens étaient accueillants, se sont occupés de problèmes logistiques et ont été particulièrement créatifs dans les solutions.

Comment la situation peut-elle dégénérer comme ça?

La base se trouve dans les ingrédients de la politique européenne. D’ une part, l’ Europe a soutenu les invasions militaires et vend des armes aux parties belligérantes du monde entier à votre guise. Faute de politique climatique, nous assurons (tout comme les autres superpuissances) un flot de personnes fuyant leur pays sous la pression de la sécheresse, des incendies mondiaux, des tempêtes … Nous ne les reconnaissons même pas. Les conditions climatiques renforcent les relations commerciales inégales qui existent de toute façon et qui mettent les gens dans la misère dans d’autres parties du monde. Dans le film ” Ceci n’est pas une patate”  Climaxi documente cette déclaration en détail.

L’Europe tente de limiter le flux de réfugiés qu’elle s’est en partie provoquée, en concluant des accords avec des personnalités autoritaires comme Erdogan . Marcel De Neve , un Belge qui vit en partie à Chios , déclare: «Les îles se sentent abandonnées par leur propre gouvernement et par l’Europe en matière de politique des réfugiés. D’un autre côté, vous avez un fou comme Erdogan qui utilise simplement l’accord comme un jeu d’échecs pour mettre la Grèce et l’Europe à genoux en laissant le nombre de réfugiés qu’il laisse passer dépendre de sa relation avec les dirigeants européens, malgré des millions d’euros de sang européens. “

Qu’est-ce qui a changé dans les îles grecques?

L’Europe et le gouvernement grec ont largement laissé les îles à leur sort. Le plus grand camp de réfugiés de Lesbos se trouve à Mora , où environ 25 000 réfugiés campent autour d’une ville de 1 000 habitants. Un camp pour 600 personnes a été construit à Chios à côté du village de Vial , un lieu de 200 habitants. Pendant ce temps, ce camp abrite 6 000 personnes. Les gens ne vivent pas dans de petits camps organisés comme le PIKPAmais dans des circonstances désastreuses: des tentes froides et glaciales, un approvisionnement alimentaire insuffisant, pas d’égouts, pas d’installations sanitaires … Le résultat est que les oliveraies de la région sont coupées pour allumer un feu et que certains animaux disparaissent pour satisfaire la faim. . Nos interlocuteurs soulignent que ce n’est pas une sorte de résistance «belge» aux lieux d’accueil qui ne provoque guère de nuisances, mais des catastrophes humanitaires. 

La présence de responsables européens et d’ONG n’est pas toujours appréciée. Alinka Kontoura (interprète à Lesbos): «Parfois, cela ressemble à une énorme fête ici. Les jeunes viennent ici pour faire du bénévolat et faire une discothèque de l’île. En raison de leur présence, les institutions internationales augmentent les prix des maisons, des taxis, des téléphones portables, etc. Dans les cafés et restaurants, il n’y a parfois guère de place pour les locaux. Aucun gouvernement ni aucune institution n’a fait quoi que ce soit pour freiner cela. “

La bombe a explosé cette semaine.

Le gouvernement conservateur du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis ( Neia Democratia ) a décidé d’évacuer les camps sur les îles et de les remplacer par des centres d’asile fermés. Pour de nombreux insulaires, c’était trop. Comme pour toute révolte grave, la protestation transcende les contradictions politiques. Alinka Kontoura: «Les gens de gauche s’opposent à l’idée que les îles deviendront des prisons et contre les institutions fermées, les gens de droite viendront parce qu’ils sont de toute façon contre les réfugiés. La grande majorité est tout simplement folle et a été abandonnée pendant des années. “

Le gouvernement ne s’est pas laissé exproprier et a exproprié le terrain de Lesbos pour y construire un centre fermé manu militari. Deux navires avec des matériaux de construction et des centaines d’officiers de police anti-émeute ont été envoyés dans les îles. Marcel De Neve: “Personne à Chios ne comprend qu’un pays qui est en crise économique depuis des années trouve soudainement trois millions d’euros pour envoyer des policiers tirer sur sa population.”  

Panagiotis Karabatakis est membre de la coopérative Modousaqui fournit des olives Climaxi et de l’huile d’olive: «Nous ne sommes pas contre les réfugiés, mais cela doit rester humain. Le gouvernement veut construire de nouveaux camps ici au lieu d’enlever certaines personnes des îles et de les recevoir ailleurs. Les gens viennent ici jour après jour, tandis que le reste de la Grèce ou de l’Europe garde les bras croisés. La population a lutté contre la police anti-émeute pendant quatre jours et a fini par se battre ce matin. “

Aussi Giorgios Ploumbidis de Dock, une organisation qui soutient notre importation de produits grecs et soutient de nouvelles coopératives en Grèce, n’est qu’à moitié surprise par la situation: «Il est bien sûr très choquant et drastique de voir un gouvernement de droite envoyer des émeutes dans des îles qui ont des problèmes avec les flux de réfugiés et ont leurs racines dans une tradition et une pratique de gauche forte avec de nombreuses coopératives et partis de gauche forts. La situation est très explosive car il n’y a vraiment rien ici. Le seul facteur économique qui reste est les ONG, l’armée et les travailleurs humanitaires. Le tourisme a disparu, l’exportation est difficile, il n’y a pas de soutien. Bien sûr, les gens en ont assez. ” 

Climaxi soutient Lesbos.

Les Climaxi ont eux-mêmes pu déterminer au cours de deux voyages comment les hôtels et l’économie locale disparaissent. Pour Climaxi, les droits de l’homme doivent être à la base d’une politique universelle. L’Europe a peu de raisons éthiques de s’opposer à la migration, car les pays riches sont à la base du système par leurs pratiques commerciales et politiques. Il faut travailler sur un programme par lequel les personnes victimes du changement climatique reçoivent également un soutien ou le droit de se reconstruire ailleurs. Les prix minimaux et les plafonds de salaire minimum doivent pouvoir limiter la migration pour des raisons socio-économiques. Dans tous les cas, nous voulons donner l’exemple nous-mêmes en continuant à agir pour Lesbos sur la base d’un modèle coopératif orienté économiquement différent. Cette année, nous lançons également une campagne avec des produits à base d’olives grecques et des sacs à dos du camp de réfugiés. Toutes les informations sur les coopératives et vous pouvez commander via www.ecofair.be

Filip De Bodt

 

Source en NL

ante. sed commodo massa porta. fringilla suscipit