Il y a un an, nous révélions l’existence d’un vol de fret hebdomadaire entre Maastricht et Liège, précisant que ce vol de 9 minutes et 38 kilomètres était peut-être le vol de fret le plus court et le plus antiécologique du monde.

A la suite de notre dénonciation, le Ministre wallon en charge des aéroports avait rencontré des responsables de la compagnie Qatar Airways, laquelle s’était engagée à mettre fin à ces vols et à ne plus en organiser de nouveaux à l’avenir.

On aurait pu penser que c’était la fin de cette aberration écologique mais il n’en est rien. Nous venons en effet de découvrir qu’une autre compagnie, Astral Aviation, effectue désormais DEUX vols fret Maastricht-Liège par semaine avec un Boeing 744. Ces vols (les deux derniers datent des 12 et 15 novembre) à basse altitude survolent des communes de l’agglomération liégeoise (Juprelle, Ans et Awans) et longent la ville de Liège (Rocourt), impactant des zones fortement peuplées.

Au contraire des vols classiques, ces vols dits « de positionnement » ne sont pas repris dans la liste des atterrissages de l’aéroport de Liège. Nous avons toutefois pu identifier via le site « diapason » de la SOWAER leur « signature sonore » sur les 3 sonomètres situés au Nord-Est de l’aéroport, avec un pic en décibels à 77 dBA le 12 novembre et à 80 dBA le 15 novembre. A titre de comparaison, un aspirateur situé à un mètre produit 70 dBA et un réveil-matin 80 dBA. On parle donc de vols très bruyants.

Le Mouvement Demain tient à dénoncer la poursuite de ces vols « saut de puce ». Nous réclamons :

  • Que soit publiquement disponible de façon pérenne la liste de TOUS les vols (y compris ceux dits de positionnement et de maintenance) depuis et à destination de nos aéroports, afin de permettre une identification simple de ces vols de fret « saut de puce ».
  • Que la Région wallonne prenne clairement attitude contre ce type de vols, invite ses aéroports à les refuser, et promeuve activement leur interdiction au niveau européen (puisqu’il s’agit de vols « internationaux »).

 

Plus fondamentalement, nous estimons que le choix de faire croître l’aéroport de Liège Airport pour en faire le premier aéroport de fret européen (notamment via l’arrivée du géant chinois de l’e-commerce Alibaba dont les premiers entrepôts sortent de terre), est un choix économiquement et écologiquement désastreux.

C’est pourquoi nous réclamons d’urgence une véritable étude d’incidence actualisée (celle en vigueur est totalement dépassée) et prenant en compte tous les impacts de l’aéroport (environnement, mobilité, santé des riverains…).

Pour notre mouvement, le développement économique de notre région est important mais ne passera pas à moyen terme par cette monoculture de la logistique qui renforce notre dépendance aux énergies fossiles, et va à rebours d’une nécessaire relocalisation de l’activité économique.

dictum fringilla libero. non commodo facilisis consequat. venenatis, Donec